Donneurs d’ovules et de sperme

Aujourd’hui, je veux parler de la façon dont notre équipe désigne les donneurs d’ovules et de sperme.

Mais d’abord, je vous invite à réfléchir un instant à ce que vous appréciez le plus chez une personne, et ce que vous appréciez le plus chez vous-même. S’il vous plaît notez-le sur un papier avant de continuer à lire.

Lorsque vous aurez terminé, vous verrez que les caractéristiques que vous avez écrit peuvent être englobées sous trois blocs: caractère (esprit positif, volonté d’aider les autres, sympathie, bonté, assurance, esprit combatif, implication, etc.), capacité intellectuelle (intelligence, rapidité mentale, etc.) et l’apparence physique (beauté, style, élégance, etc.).

Maintenant, imaginez que vous aviez besoin d’un don d’ovocytes ou de sperme pour avoir des enfants. Comment voudriez-vous que fusse cette personne? Répondriez-vous la même chose qu’avant?

Qu’est-ce que nos patients apprécient le plus?

Cette semaine, nous avons analysé un sondage que nous avions fait à des centaines de patients de notre centre. Nous leur demandions de mettre, en ordre d’importance, les aspects qu’ils appréciaient le plus chez leurs donneuses d’ovocytes ou donneurs de sperme.

Eh bien, il s’avère que ce que les patients apprécient le plus chez leur donneur/donneuse serait leur apparence physique – dans 51% des cas – suivie du caractère – dans 31% des cas – et le niveau culturel – dans 16% des cas.
Les réponses ne varient pas en fonction de la nationalité des patients ni s’il s’agit de donneurs de sperme ou de donneuses d’ovocytes.
Les hommes comme les femmes répondent de façon similaire et il n’y a pas de différences significatives non plus par rapport aux réponses des femmes sans partenaire masculin qui ont eu recours à une insémination ou à une FIV avec banque de sperme.

Êtes-vous surpris? Qu’en pensez-vous? Je comprends qu’ils valorisent surtout l’importance de l’apparence physique, parce que c’est ce que la plupart des gens croient que l’on hérite en plus grande mesure. Mais allons plus loin et voyons si c’est vraiment ainsi.

Quels sont les traits que nous héritons et quels sont les traits acquis après la naissance?

Il est vrai que l’apparence physique d’une personne a une composante héréditaire très importante, même s’il est vrai que la génétique est capricieuse et les combinaisons possibles sont infinies. La hauteur, la couleur des cheveux et des yeux, les traits du visage, etc. dépendront de l’héritage génétique mais, apparemment, il en est de même pour le degré de symétrie entre les deux côtés du visage, ce qui peut rendre une personne plus belle ou plus moche. Regardez cette photo de Claudia Schiffer et sa sœur et vous comprendrez tout de suite ce que je veux dire.

03_galeria_portrait

L’apparence physique est également influencée par l’environnement qu’a et qu’a eu chaque enfant. La façon dont il se déplace, regarde, rie, c’est à dire les gestes, s’apprennent, l’enfant les copie des gens qui l’entourent.
En outre, l’attitude est très importante et cela dépend de la personnalité. Regardez ces images de la photographe américaine Gracie Hagen; elles reflètent la manière dont le même corps peut sembler attrayant ou pas en fonction de l’attitude vital de cette personne.

Capacité intellectuelle. Il n’y a pas si longtemps, on croyait que 50% de l’intelligence était héréditaire, selon des études concernant le QI chez les enfants. Avec les progrès de l’analyse de l’évolution génétique (pour étudier l’effet des gènes tout au long de la vie d’une personne), il a été découvert que la contribution génétique à l’intelligence se manifeste au cours des années et qu’elle atteint 80% à l’âge adulte.
Les études faites sur de jumeaux identiques qui ont grandi dans des familles différentes ainsi le confirment: elles montrent un haut degré d’accord intellectuel entre les jumeaux, malgré les différents environnements dans lesquels ils ont vécu.

Caractère, intelligence émotionnelle et sociale, c’est-à dire, comment une personne se sent, comment agi-t-elle, comment pense-t-elle et quels rapports a-t-elle avec les autres. Il y a toujours eu un débat sur ​​quel pourcentage d’un trait de caractère particulier est inné et quel est acquis. Actuellement, la tendance est à croire qu’il y a certaines caractéristiques qui sont très déterminées génétiquement, d’autres qui sont déterminées par l’environnement et d’autres pour lesquelles il existe une prédisposition biologique, mais qui se manifesteront ou pas en fonction de l’entourage familial, la culture du groupe, l’éducation et les circonstances.

Les cinq traits de personnalité considérés comme innés sont:

  1. Le degré d’introversion-extroversion.
  2. Le degré de stabilité émotionnelle. La tendance à la colère, la dépression, l’anxiété, l’irritation, etc. et, à l’opposé, le contrôle des émotions.
  3. Le niveau d’intérêt pour de nouvelles expériences, la curiosité, l’imagination, la créativité.
  4. Le niveau d’attention aux autres, l’altruisme, la bonté, l’empathie.
  5. Le degré d’autodiscipline, la responsabilité, la capacité à suivre les règles, l’organisation, la rigueur.Les jumeaux ont un caractère plus similaire que les simples frères ou sœurs et, encore plus, s’il s’agit de jumeaux identiques, même s’ils ont été élevés dans des endroits différents. Mais, à partir du moment-même de la naissance, les jumeaux identiques présentent déjà des dissemblances de caractère puisqu’il semblerait que certaines expériences individuelles se déroulent déjà au cours de la grossesse.

Compte tenu de tout cela, comment désignons-nous nos donneuses/donneurs?

Quant à l’aspect physique, nous les connaissons parfaitement et nous étudions en détail leurs caractéristiques ainsi que celles des patients qui recevront ces gamètes.

En ce qui concerne le niveau intellectuel, nous avons mené des campagnes d’information exclusivement auprès des universités, non pas parce que cela soit obligatoire (si un/e ami/e non universitaire vient nous voir, il se peut que nous l’acceptions aussi), mais plutôt parce que nous savons que nous y trouverons plus de candidats/es, puisque les jeunes qui décident de se porter donneuses/donneurs ont généralement un niveau d’éducation élevé (la donation n’est pas bien acceptée dans les milieux moins éduqués).

Enfin, quant au caractère, nos psychologues interviewent les donneuses/donneurs et leur font des tests pour exclure d’éventuelles pathologies. On ne peut pas savoir quel caractère ont-elles/ils, si un donneur ou une donneuse est sociable ou timide ou bien d’autres choses, mais nous connaissons par contre leur mode de vie, nous savons qu’ils ont tous des traits très forts: leur engagement, leur équilibre émotionnel et leur grand courage. Et apparemment, ces traits sont héréditaires!

Pour nous, désigner une donneuse/un donneur est un acte d’une grande importance et nous le vivons avec un grand sens de la responsabilité pour honorer la confiance que les patients placent en nous.

2 commentaires

  1. Cet article est très intéressant. Le choix des donneuses et des donneurs reste décisif!

Laisser un commentaire

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: