Que puis-je faire pour avoir plus de chances de grossesse avec la FIV?

Les patientes nous demandent toujours quel genre de vie, de médicaments, de thérapies alternatives, quoi que ce soit… elles peuvent faire elles-mêmes pour obtenir de meilleurs résultats. Mais la vérité est qu’il n’existe, statistiquement, aucune étude sérieuse permettant de valider tout ce qui a été prouvé jusqu’à présent.

Ma position jusqu’ici était qu’un bon embryon dans un berceau bien préparé est la seule chose qui compte et, malgré tous les efforts de recherche (nôtres et de nos collègues) à cet égard, l’efficacité n’a pas été prouvée.

C’est pourquoi nous sommes très heureux car, pour la première fois, nous avons trouvé quelque chose que la patiente elle-même peut faire pour améliorer les taux de grossesse dans les traitements de FIV: PROGRAMMER SON CERVEAU!!!

Nous venons de publier une étude scientifique dans laquelle nous avons constaté que les patientes qui observent leurs embryons présentaient des meilleurs taux de grossesse et que, en plus, ils augmentaient en proportion directe du nombre de fois où elles se connectaient pour être avec eux. The French Reproduction Society has selected this research among the best three of this year!!

Comme vous le savez, dans notre centre, les patients ont un accès permanent aux images en temps réel de leurs embryons grâce à une application en ligne (Embryomobile).

Nous avons réalisé une étude associant les taux de grossesse au nombre de fois où les patientes se connectent pour voir leurs embryons via leur ordinateur ou leur téléphone portable. Dans cette étude rétrospective, 934 femmes sous traitement de FIV avec don d’ovocytes et transfert d’un seul embryon frais ont été incluses. Cinq groupes ont été constitués, en fonction du nombre total de connexions pendant 5 jours, du moment de la réalisation de la FIV jusqu’à ce que l’embryon atteigne le stade de blastocyste et est prêt à être implanté dans l’utérus maternel.

Nous avons analysé les résultats de la grossesse dans les 5 groupes.

Regardez les résultats!!!

quadre_FRgrafica_FR

Il est également frappant de constater que l’augmentation la plus notable se produit surtout lorsque le nombre total de visualisations est supérieur à 30, car le taux de grossesse atteint dans ce cas est de 72,3%. Les groupes étaient comparables en termes d’âge des donneurs, des patientes et de la qualité des embryons transférés.

Nous savons que l’infertilité en soi et les traitements de procréation médicalement assistée génèrent du stress et de l’anxiété, mais il n’a jamais été possible d’établir une relation directe avec les possibilités de succès.

Dans des études antérieures de l’Institut Marquès, nous avions constaté que la visualisation de leurs embryons réduisait le degré d’anxiété des patientes au cours du cycle de traitement, car elles voyaient qu’ils continuaient à se diviser et ceci évitait d’arriver le jour du transfert sans savoir ce qui s’était passé. Mais nous n’avons PAS trouvé de relation entre le degré d’anxiété et les taux de grossesse en effectuant une analyse similaire à celle que je vous ai présentée maintenant.

La psycho-neuro-immuno-endocrinologie est une discipline médicale qui étudie les relations entre les quatre systèmes de contrôle que possèdent les individus: le psychologique, l’hormonal, le neurologique et l’immunitaire, en termes d’influence sur le comportement et la santé des personnes, ainsi que des interactions corps-esprit et leurs implications cliniques. Avant, on pensait que chaque système fonctionnait séparément, mais nous savons maintenant qu’ils fonctionnent ensemble. Nous connaissons tous, par exemple, les maladies pouvant induire un stress chronique intense.

Le psychologue Bernabé Tierno a déclaré: « Le battement positif de l’esprit est presque aussi important que le battement du cœur. Être une bonne personne, aimer sans mesure et consacrer son existence à jouir du bien est la meilleure garantie de santé physique, mentale, psychique et affective « .

Ainsi, notre hypothèse est que la stimulation visuelle répétée des images de leurs embryons induit chez la femme une cascade de réactions qui commencent dans le cerveau et qui génèrent une connexion émotionnelle avec eux, activent les systèmes immunitaire et hormonal, entraînant une meilleure  réception de l’utérus.

Cette étude scientifique démontre pour la première fois l’impact des émotions sur le résultat de la fécondation in vitro.

Laisser un commentaire

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: