Obtention d’un échantillon de sperme. Qu’est-ce qui plaît aux hommes?

Quand nous demandons à un homme d’obtenir un échantillon de sperme pour son analyse ou pour d’autres études, il n’y a généralement aucun problème. Il l’obtient à la maison et nous l’apporte. Mais quand le moment arrive de fournir l’échantillon pour la Fécondation in Vitro, c’est une autre histoire.

En général, ils sont nerveux, hypersensibilisés par la responsabilité que ce fait implique. Ils craignent de ne pas être en mesure d’atteindre l’excitation adéquate dans un espace inconnu, un environnement hospitalier, à l’heure exacte requise et alors que, souvent, sa femme est dans la salle d’opération pour la récupération ovocytaire. Si on ajoute à cela, dans certains cas, qu’il est lui-même à l’origine de l’infertilité, le problème augmente car vient s’y ajouter un certain sentiment de culpabilité.

Les médecins leur demandent toujours s’ils risquent d’avoir des problèmes ce jour-là. La plupart disent non, d’autres préfèrent ramener l’échantillon de la maison, de l’hôtel ou le laisser préalablement congelé parce qu’ils craignent que des difficultés puissent apparaître. Ils sont très reconnaissants de pouvoir en parler avec les docteurs et de voir que c’est quelque chose d’habituel parce que, bien sûr, en face de sa femme ils ne peuvent pas s’en plaindre ou exposer leurs appréhensions car la réponse est généralement: « Eh bien, chéri, c’est tout ce que tu as à faire… »

Les hommes avec «aucun problème» sortent souvent de la salle de recueil avec une expression de « mission accomplie », mais avec la peur que leur sperme soit de moindre qualité ou quantité que les autres fois.

La quantité de sperme (volume de l’éjaculat), sa qualité et le niveau de l’orgasme dépendent du degré d’excitation sexuelle atteint au préalable. Je veux dire qu’à plus d’intensité et de temps d’excitation, meilleur est l’échantillon. En effet, celle-ci augmente la vascularisation des vésicules séminales et de la prostate, qui sont les glandes qui produisent le liquide séminal, en favorisant que l’éjaculat soit complet.

Lorsque l’excitation est moindre, comme c’est souvent le cas ce jour-ci, l’éjaculation est souvent incomplète et l’homme s’en rend compte. Dans certains cas, ils peuvent se sentir bloqués et ne sont même pas capables d’obtenir l’échantillon, ce qui peut s’avérer une expérience traumatisante. Dans ces cas-là, nous leur demandons si le problème vient du manque d’érection ou du fait que, malgré être excités, ils n’arrivent pas à éjaculer. Dans le premier cas, nous leur donnons un comprimé pour induire l’érection. Mais il est beaucoup plus fréquent qu’ils n’arrivent pas à éjaculer car, pour des raisons psychologiques, ce réflexe se bloque. Dans ce dernier cas, nous leur donnons un anxiolytique.

Nous leur demandons à tous de se détendre, de s’asseoir tranquillement ou d’aller se promener pendant une petite heure et nous leur expliquons que, s’ils n’y arrivent pas, il n’y a pas de quoi s’inquiéter car nous pouvons extraire le sperme avec une technique très simple. Bien qu’ils imaginent parfaitement que cette simple technique est en fait une ponction du testicule, ils n’en ont pas peur, car cela élimine la pression. C’est en fait très exceptionnel de devoir finalement avoir recours à ce plan B.

Les femmes des hommes «bloqués» sont très surprises du rôle protagoniste que soudainement acquiert leur partenaire, alors que c’est elle qui est en train de sortir de la salle d’opération!

Il est vrai que, lors des cycles de FIV, l’homme est le grand oublié et nous avons l’intention d’y remédier. D’après mon expérience, je pense qu’il faut changer les salles de recueil de sperme pour qu’elles ne ressemblent pas à une clinique et, d’autre part, leur expliquer comment peuvent-ils soutenir émotionnellement leur femme tout au long du cycle et, en particulier, pendant les jours d’attente jusqu’au test de grossesse.

A cet effet, j’ai passé des mois à demander à de nombreux messieurs comment aimeraient-ils que fussent les salles. Et bien, je n’en ai ressorti aucune information concluante car chacun avait des goûts très différents.

Je vous raconte les résultats de mon enquête personnelle: les hommes ont en commun le désir d’intimité, de se sentir isolés pour pouvoir se concentrer sur la stimulation sexuelle. Ils apprécient aussi grandement l’hygiène et la connaissance préalable de l’espace, car cela leur apporte un sentiment de sécurité.

Comme je vous disais, il y a une grande variation individuelle en termes de ce qui les excite et sur la position qui leur facilite l’éjaculation. En fait, ceci arrive aussi avec la position adoptée lors des rapports sexuels, certaines leur empêche l’éjaculation. Ainsi, dans mes statistiques, la plupart veulent se masturber assis sur un canapé confortable, mais d’autres préfèrent être couchés et certains, même, rester debout.

Pour fournir tous les stimuli sexuels possibles, j’ai commencé à préparer l’assortiment qui se trouvera dans nos salles de recueil pour qu’ils n’aient que l’embarras du choix.

Sur Internet et dans les boutiques érotiques, il est assez frappant de voir le nombre de jouets sexuels offerts aux femmes alors qu’il y en a très peu pour les hommes hétérosexuels. Enfin, notre sélection est la suivante :

  1. Le magazine pornographique classique.
  2. Ecran vidéo avec toutes sortes de thèmes et séquences à choisir. Entre nous, je vous avoue que j’ai essayé d’enlever celles affichant des femmes habillées d’infirmières, mais mon équipe ne m’a pas laissé car… il paraît que c’est leurs préférées!
  3. Lunettes de réalité virtuelle (VR) avec un dispositif pour visualiser des films pour adultes.
  4. Un vagin en silicone. Ils peuvent l’utiliser pendant l’excitation.
  5. Un pack cadeau avec des lunettes VR et un vagin en silicone pour pouvoir partager leur expérience à la maison.

Vous pouvez voir sur cette vidéo comment sont nos nouvelles salles de recueil de sperme.

 

 

Laisser un commentaire

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: